DES RESULTATS MAQUILLES COMME UNE VOITURE VOLEE

Palette peinture - Mathias D - flickr

Pour Jean-Paul ALDUY, président de l’Agglomération, tous ceux qui critiquent son Grand Oeuvre (Le Centre del Mon et le Théatre de l’Archipel) sont des imbéciles, des ingrats, au mieux, des « intelligences perverties ». « En ce qui nous concerne, nous n’avons aucun mal à nous inscrire dans ces catégories si cela amuse Jean-Paul ALDUY, souligne Bruno DELMAS, Président de L’Olivier. La réalité c’est que, pour l’heure, ces deux projets sont des échecs énormes et que plus personne ne peut le contester ».

En ce qui concerne le Centre del Mon, plus de 10.000 mètres carrés de bureaux cherchent preneurs, en vain, tandis que les commerces de la galerie marchande baissent leur rideau les uns après les autres. Les promoteurs catalans viennent de nommer un quatrième directeur et, sans aucun cynisme, nous lui souhaitons bonne chance pour réussir à redresser ce projet. D’ailleurs, L’Olivier a proposé de créer dans les bureaux vides un hôtel d’entreprises numériques dans le cadre de l’appel à projets « Quartiers Numériques » lancé par le gouvernement (voir notre article). Las, ni la Ville, ni l’Agglomération (pourtant si prompte à parler d’économie) n’ont déposé la candidature de Perpignan (800 Millions d’euros sont tout de même disponibles).

Du côté de l’Archipel et sa dernière campagne victorieuse sur les 80.000 spectateurs qui l’auraient déjà fréquenté, nous saluons le travail journalistique de L’Indépendant qui a rappelé que ces chiffres étaient quelque peu bidonnés puisque la Ville intègre dans ces 80.000 spectateurs ceux qui se sont rendus aux Estivales (déplacées du Campo Santo à l’Archipel) et ceux qui se sont rendus au Mediator. Mais nous ne sommes pas à une approximation près.

En réalité, toujours selon L’Indépendant, l’Archipel n’aurait réellement accueilli que 58.000 spectateurs (dont 16% de gratuité); ce qui nous place bien loin des 80.000 entrées payantes pour équilibrer un investissement public (même s’il est porté en PPP) de l’ordre de 59 Millions d’euros.

De plus, comme le révèle L’Indépendant, le déplacement des Estivales du Campo Santo (ce qui participait à une véritable animation du centre-ville) vers l’Archipel est un échec notoire : en 2012, la fréquentation du festival était de 11.045 spectateurs (au Campo Santo) contre 3.700 à l’Archipel.

En conclusion, avoir déplacé les Estivales à l’Archipel est un double échec: son déplacement a appauvri le centre-ville sans apporter un plus à l’Archipel et les spectateurs se sont détournés d’un festival totalement dénaturé que les habitués appréciaient de profiter dans le cadre magique du Campo Santo. Mais, comme dirait Jean-Paul Alduy, tous ces gens ne sont certainement que des imbéciles qui ne savent pas apprécier le Grand (et Onéreux) Oeuvre du président de l’agglomération.

Photo en « Une » – « palette peinture » de Mathias D – CC – Flickr

Pas encore de commentaires

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

4 novembre 2013
4 novembre 2013