ENTRETIEN AVEC DOMINIQUE GAUZE – CERET

Dominique Gauze

 

Energique et pétillante, artiste et créatrice, Dominique Gauze, a de l’or dans les mains…Elle est propriétaire d’un atelier de loisirs créatifs- boutique, en plein cœur de Céret. Une boutique pleine de vie, originale, et personnalisée, une de ces boutiques qui fait que nos cœurs de villes ne sont pas des galeries commerciales froides et impersonnelles… C’est elle qui décore la ville, le temps de la fête de la cerise, elle voit passer chaque année des dizaines d’enfants et d’adultes dans ses ateliers….Un temps de rencontre en toute simplicité, pour aborder le quotidien d’une femme active de nos territoires.

 

Diplômée de 3ème cycle des beaux arts de Perpignan (et oui !) Dominique garde de cette école « un souvenir extraordinaire », « cette école avait une âme, nous étions je pense prés de 200 étudiants et nous participions vraiment à la vie du centre-ville. (…) j’ai eu la chance de côtoyer en son sein des artistes de haut niveau. (…) Cette école était pluridisciplinaire, ce qui nous permettait de maîtriser beaucoup de compétences de l’art et de la création artisanale : ferronnerie, poterie, peinture, ébénisterie, céramique… »

Forte de cette formation et après un passage professionnel sur Marseille, elle rejoint son Pays Catalan et sa ville de Céret, où depuis 30 ans elle irrigue son territoire de son savoir-faire et de ses créations…C’est elle, qui encore cette année, a décoré la ville de Céret à l’occasion de la fête de la cerise..

Au sein de sa boutique -atelier cérétane « re-création » elle a vu passer des centaines d’enfants et d’adultes avec lesquels elle a partagé son amour de l’art, de la culture et de la création…

Son activité repose sur 3 piliers :

–          la formation au sein de l’atelier (50% du chiffre d’affaires)

–          La vente directe de ses créations (25% du CA)

–          La vente de matériel de loisirs créatifs (25% du CA)

 

Aujourd’hui, malgré un dynamisme à toute épreuve, elle subit de plein fouet les conséquences de la réforme des rythmes scolaires. En effet, les ateliers pour enfants qu’elle dispensait le mercredi sont supprimés ou fortement réduits. Les enfants qu’elle accueille le vendredi soir sont épuisés…Si elle reconnaît qu’il était utile d’engager des changements pour alléger le rythme des enfants, elle regrette que ces évolutions n’aient pas mesuré l’impact sur les activités culturelles, sportives ou artistiques qui sont pourtant un maillon important du lien social de nos villes et villages.

Faire entrer la culture et l’art à l’école c’est une très bonne chose ! mais est-ce que l’on s’est donné les moyens ? ou est-ce que l’on a fait les choses « au plus vite et au moins cher »…au détriment des enfants, des familles et d’un tissu économique …

Victime colatérale de cette réforme, avec une perte d’activité de 30%, l’atelier-boutique  est fragilisé.

 

Selon Dominique Gauze, d’autres entreprises connaissent aussi cette situation. Or, il est indispensable de préserver au cœur du Pays Catalan ces activités artistiques, artisanales, culturelles…Elle regrette qu’aucun observatoire n’ait été mis en place, pour mesurer les conséquences de cette décision.

 

A l’écoute du terrain,  et consciente des difficultés des activités culturelles, artisanales,…qui participent pourtant fortement à la structure du tissu économique du pays catalan, l’équipe de l’olivier ouvre un observatoire de l’activité artisanale, culturelle, ….en remplissant simplement le formulaire ci-dessous, vous pourrez nous faire part de votre situation, et de vos avis.

Nous engagerons rapidement un travail sur ces questions.

photo-6   photo-5

Vitrine de la boutique                    Dominique Gauze

1 Commentaire

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

5 octobre 2014
5 octobre 2014