GRANDES SURFACES : RIEN N’EST JOUE !

Comteroux

La décision de la CDAC appelle de nombreuses réactions. L’Olivier garde le cap et maintient ses alertes.

La décision de la CDAC de rejeter (par 6 voix contre 5) le projet de centre commercial sur « l’espace Comteroux » intervient après des années de laissez-aller en matière commerciale. Rien ne dit, toutefois, si la commission nationale (devant laquelle les promoteurs feront certainement appel) confirmera cette décision. Aucune victoire n’est donc acquise à l’heure où nous parlons …

Cette décision illustre toutefois la prise de conscience des pouvoirs publics sur un sujet central pour Perpignan et ses commerces. Une prise de conscience à laquelle L’Olivier a beaucoup contribué :

  • Sur le « Dossier Comteroux », L’Olivier était le premier à tirer la sonnette d’alarme sur ce projet dans un article daté du 25 octobre 2014 … c’était donc, il y a plus de 18 mois !
  • Cette alerte faisait suite aux nombreuses actions engagées par L’Olivier en faveur du commerce de centre-ville comme avoir fait signer une Charte à tous les candidats des municipales de mars 2014 où un certain nombre d’engagements étaient proposés aux élus,

Mais, comme à leur habitude, les élus n’ont respecté aucun de leurs engagementsBruno DELMAS

Cette Charte – que Monsieur PUJOL avait accepté de signer (par le pouvoir donné à celui qui est devenu son adjoint au commerce, Stéphane RUEL) prévoyait dans son « Point 3 : Gel des autorisations de moyennes et grandes surfaces pour 3 ans » …

Autant dire que – comme nous l’avons dénoncé à plusieurs reprises – Monsieur PUJOL n’a respecté aucun des engagements pris dans cette charte: sitôt réélu, ce dernier s’empressait de signer le permis de construire (contesté) du projet « Carré d’Or » dont L’Olivier dénonçait le non-sens et le risque de voir se dresser une nouvelle friche commerciale en périphérie.

Avions-nous tort ? Chacun a certainement pu se rendre dans cette véritable « cité fantôme » où les vitrines sont occupées par des décors Potemkine en lieu et place de vrais commerces: l’échec du projet est avéré … la friche commerciale n’est pas très loin d’arriver.

Le projet Comteroux n’est qu’un dossier parmi d’autres

Ce projet ne consiste pas à créer une surface commerciale ex-nihilo: le site existe déjà et il a déjà une vocation commerciale. A avoir trop excité les oppositions par ses reniements successifs, Monsieur PUJOL a donc provoqué l’échec de ce projet même s’il a donné consigne à ses élus de voter pour … Ce projet était, de tous, en raison de la vocation commerciale du site, le moins contestable. Il se voit sanctionné dans un contexte politique local où les élus ont joué le pourrissement de la situation.

8600 m2 de plus depuis février

Il existe, en revanche, un autre projet sur lequel personne n’a encore bougé à part L’Olivier (encore une fois): il s’agit du déplacement du magasin Décathlon actuellement situé route d’Espagne et en déplacement autorisé par la même CDAC sur la zone Tecnosud. En quoi ce projet est-il critiquable ? Le fait de le déplacer et de créer 8600 m2 de surfaces en plus ? Pas seulement !

Ce qui est critiquable, c’est de faire croire aux citoyens qu’en le déplaçant, on ne crée pas de surface commerciale supplémentaire : quid, alors, de la surface sur laquelle il est actuellement implanté (4000 m2) ?

Cette surface sera simplement occupée par de nouvelles enseignes !

En clair, par cette décision, le solde de mètres carrés commerciaux sur Perpignan ne reste pas neutre mais il gagne 8600 m2 de plus : une hérésie !

Ne pas opposer centre-ville et périphérieBruno DELMAS

Comme nous le disons depuis toujours à L’Olivier : « Nous ne sommes pas contre les grandes surfaces mais contre l’excès de grandes surfaces pour lequel Perpignan est la première ville de France, précisait Bruno DELMAS, Président de L’Olivier. Pas plus qu’il serait judicieux d’opposer le centre-ville et la périphérie. Les problèmes du centre-ville sont liés à l’absence de parkings, à l’absence d’attractivité et au fait qu’il y a de moins en moins de personnes intéressées pour y vivre et y consommer … Le problème est global et c’est là le vrai combat à mener ! ».

L’Olivier, depuis 3 ans, multiplie les propositions en faveur du centre-ville et de ses commerces : notre travail d’alerte et de reflexion continue dans la perspective de participer à un changement de mentalités et à une prise de conscience dont la CDAC de ce jour s’est fait l’écho tout particulièrement.

Pas encore de commentaires

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

23 mai 2016
23 mai 2016