IKEA, C’EST DU FLAN !

IKEA2

Ça y est, cette fois c’est sûr : Ikea va venir s’implanter sur Rivesaltes (Indépendant du 25 décembre), avec premier coup de pioche en 2014, 300 emplois à la clé et une ouverture en fanfare – promis juré – en 2017 ou 2018 au plus tard. Diantre, 4 ans pour construire un IKEA !? Il y a fort à parier que celui de Rivesaltes sera donc monté en kit comme les meubles du célèbre suédois.

Ce pourrait être drôle si cette annonce (la énième en 10 ans) n’était tout simplement pas un mensonge pré-électoral de plus : car, comme nous l’annoncions le 10 octobre dernier, IKEA n’a pas du tout prévu de s’implanter sur Rivesaltes, comme en témoigne le plan d’ouverture pluriannuel présenté à la presse par son président français.

D’ailleurs, enthousiasmés par l’annonce et la perspective de remporter un des 300 emplois promis par les élus de l’Agglo, certains jeunes catalans ont écrit à la direction d’IKEA pour avoir confirmation de la nouvelle. Et là … douche froide, selon la direction nationale d’IKEA, dans son mail daté du 25 décembre dernier : « Nous vous remercions de l’intérêt que vous portez à notre enseigne. Nous vous informons qu’il n’y a pas de projet d’implantation d’un magasin IKEA situé dans votre département à ce jour ».

IKEA

Alors qui raconte des histoires … suédoises : les élus de l’agglo pour qui une telle annonce, veille de Noël et surtout d’élection, est une bonne occasion de se faire mousser à moindre frais, et sur l’espoir des jeunes privés d’emploi ? Ou IKEA qui ne veut rien délivrer de ses projets d’implantation … sur Perpignan ? Car pour les autres départements français, IKEA n’a aucun mal à lever le voile sur ses intentions, y compris plusieurs années à l’avance.

Ce qui se cache derrière cette annonce nous semble toutefois plus grave et nous interpelle, une fois de plus. En effet, lors de cette énième annonce, les élus de l’Agglo ont présenté un plan d’aménagement d’une zone commerciale supplémentaire, proche de l’autoroute, destinée à accueillir IKEA : plus de 9 hectares soit disant réservés au géant suédois.

IKEA2

Autre indice permettant de penser que ce projet est très loin de la réalitė, comme en atteste la lecture des Échos du 8 janvier : « L’ambiguïté est levée. Deux mois après l’arrivée à la tête d’Ikea d’un nouveau PDG, Peter Agnefjäll, Göran Grosskopf, le président d’Ingka Holding, la structure de tête du géant suédois, a officiellement enterré hier l’objectif d’un doublement du chiffre d’affaires à l’horizon 2020, à hauteur de 50 milliards d’euros. « Notre objectif s’est montré jusqu’à présent trop agressif. Les ventes ne se sont pas développées aussi vite que l’on pensait. L’économie mondiale n’a pas connu une croissance aussi forte que celle sur laquelle nous tablions. L’évolution en Europe du Sud surtout est loin de ce que l’on attendait », a-t-il déclaré au quotidien suédois « Dagens Industri »

Une zone commerciale supplémentaire pour laquelle l’Agglo a voté en urgence une modification de son SCOT (schéma de cohérence et d’organisation territoriale) pour transformer des terrains agricoles en surfaces commerciales.

Maintenant que ces terrains se voient autoriser en « champs de blés » (pour certains heureux propriétaires), les élus auront beau jeu de nous annoncer (après les élections de mars) que : «Finalement, IKEA ne viendra pas. Mais, comme il ne faut pas gâcher, autant vendre ses terrains à de nouvelles enseignes commerciales … » comme s’il en manquait en Pays Catalan (terre de France où l’on compte la plus forte concentration de mètres carrés commerciaux par habitants) et comme si nos commerçants ne souffraient pas assez de la concurrence des zones périphériques.

Nous voilà donc fixés sur l’avenir de ces terrains : pas d’IKEA mais des dizaines d’enseignes bidons supplémentaires.

Commentaires

  1. Tjoyas

    Et à qui appartiennent ces terrains? Avant et après le vote de l'agglo?
    Nous verrons alors à qui profite le fait de passer d'un terrain agricole à un terrain constructible!!!!!!!