PAYS CATALAN ? CHICHE !

bruno_delmas_lolivier

Questions-Réponses sur Occitanie-Pays Catalan

Par Bruno DELMAS, Président de L’Olivier

Que penser de la polémique sur le nom de la région ?

Franchement, quand on voit l’état du département, de la ville de Perpignan qui est en perdition, du fait qu’un jeune sur trois n’a pas d’emploi, que nos agriculteurs et artisans traversent les pires difficultés, etc … on peut se dire que cette affaire est sans intérêt. Mais c’est une erreur de le penser … Il ne faut pas confondre l’agacement et l’indifférence. Beaucoup de gens sont agacés par l’ampleur de cette affaire alors qu’il y a mille autres priorités. Et je les comprends parfaitement. Mais, au fond, personne n’est vraiment indifférent au sujet. Encore moins quand on est né ici, comme c’est mon cas.

 

Pourquoi cette affaire de nom est-elle si importante ?

Le nom – celui d’un individu ou d’un territoire – c’est d’abord ce qui définit son identité. Est-ce que notre territoire est, historiquement, culturellement, traditionnellement, un bout d’Occitanie ? Non. Dans un monde qui se globalise doit-on accepter de se standardiser ou de prendre une identité qui n’est pas la nôtre ? Encore moins. L’identité est-elle importante pour créer de l’avenir, de l’économie, de l’emploi ? Oui, absolument. 

Citons quelques exemples : l’Alsace et la Bourgogne pour les vins, le Pays Basque et la Dordogne pour le tourisme rural, la Savoie pour le ski, les châteaux de la Loire … j’en passe et des meilleures. Tous ces territoires (régions ou départements) ont bâti leurs succès économiques sur leur identité, sur leur nom … sur ce qu’ils incarnaient aux yeux des touristes et des consommateurs. Le nom de la région, quel qu’il soit, n’est pas une affaire importante. Ce qui est essentiel, c’est celui du département ! Quand on voyage ou que l’on déguste un produit, on fait toujours référence à l’identité du lieu: c’est une particularité de notre pays, c’est ce qui en fait un grand pays de production agricole et la première destination touristique au monde. Ce que l’on aime en France, c’est sa diversité, pas son uniformité, encore moins le côté artificiel de certaines marques territoriales comme Pyrénées Méditerranée. Pourquoi pas s’appeler « Mer et Montagne » tant qu’on y est … ça fera M&Ms et nos élus seront contents de leur trouvaille. Vous me direz, après avoir prôné la création d’un téléphérique à Perpignan, on n’est plus à un cas d’hallucination près.

 

Pourquoi L’Olivier n’a encore rien dit sur le sujet ?

En fait, c’est tout le contraire : L’Olivier a été le premier à alerter les medias et les élus sur le risque que la grande région imposerait le nom d’Occitanie et effacerait toute référence au Pays Catalan. C’était exactement le 23 octobre 2014, c’est-à-dire, il y a bientôt 2 ans … (voir notre article et les extraits de presse qui ont suivi). Que la région s’appelle Occitanie, au fond, ce n’est pas grave … si nous pouvons affirmer avec plus de force notre identité départementale. C’est notre position.

 

Pourquoi personne n’a réagi alors ?

C’est malheureusement le drame de notre département : pour tous les grands dossiers, la classe politique locale (droite comme gauche) est en dessous de tout. Ils ne prennent aucune alerte au sérieux et, pire, se croient capables de renverser la tendance … Sauf qu’ils n’y arrivent jamais : on le voit sur le sujet de l’emploi et de l’économie depuis plus de vingt ans … Même si le dossier de L’Occitanie est le plus récent, on pourrait aussi citer celui du TGV où nos élus ont accepté que la future gare TGV la plus proche se trouve à Narbonne …

 

Que penser des actions menées par les opposants à Occitanie ?

Non seulement elles arrivent trop tard mais elles sont particulièrement désordonnées : il y a autant de propositions (changement de nom, changement de statut pour le département, recours devant le Conseil d’Etat …) qu’il y a de groupuscules. Et comme nos élus locaux sont aussi peu pertinents que les opposants, à part poser des panneaux « Pays Catalan » aux entrées de ville et protester mollement pour ne pas se mettre la région à dos … une fois de plus, nous ne serons pas pris au sérieux par les vrais décideurs, notamment la présidente du conseil régional. Au fond, la vraie question c’est de savoir si les protestataires et les élus locaux sont capables d’être constructifs et force de proposition. A part gesticuler, ils ne sont d’aucun secours sur ce dossier (comme sur les autres d’ailleurs).

 

Quelle issue est donc possible ?

A L’Olivier, nous prônons depuis toujours l’union sacrée sur les grands sujets. C’est pour cette raison que nous pensons que le changement de nom du département est la seule solution durable. Si nous passons de « Pyrénées-Orientales » à « Pays Catalan », notre nom est acquis définitivement et nous oublions la guerre stérile qui nous oppose à la région. Mieux vaut mobiliser notre énergie sur comment obtenir plus de moyens de la région que de se braquer inutilement les uns les autres. Nous sommes, en cela solidaire, de la position de Jean Codognes et Agnes Langevine (Les Verts). Et nous pensons que la présidente du conseil régional pourrait soutenir cette initiative. Le conseil départemental aura beau disparaître en 2020 ou 2021 (réforme en cours), le nom « Pays Catalan » subsistera définitivement: c’est là, le vrai combat à mener si telle est notre conviction.

 

Changer le nom du département : quelle méthode ?

L’histoire récente de notre pays recèle quelques rares changements de nom de départements. Cette opération doit répondre à un certain nombre de conditions comme le fait que le nom que nous portons ne repose pas sur des critères géographiques ou historiques pertinents. C’est le cas depuis toujours pour « Pyrénées-Orientales » qui ne veut rien dire (une simple invention de grand commis de l’Etat, rien d’autre) … C’est encore plus le cas aujourd’hui : Pyrénées-Orientales en Occitanie, cela ne veut rien dire du tout. C’est même troublant de contradiction alors que nous sommes aux portes de la Catalogne …

On peut donc ménager les intérêts de tous : garder le nom d’Occitanie pour la région – et s’inscrire dans la grande réforme républicaine – mais se donner la garantie que le nom que nous allons nous donner nous sera acquis définitivement.

Ce n’est pas un match Occitanie contre Pays Catalan ! C’est un processus déterminé pour graver dans le marbre de la République française ce qu’est notre véritable identité.

Au fond, dans cette affaire, ce que nous voulons tous, c’est que notre identité ne disparaisse pas derrière l’appellation Occitanie qui n’a rien à voir avec notre histoire, nos traditions, l’héritage moral de nos parents et grands-parents … Pourquoi la République accepterait cette dissolution ? Cette distorsion de notre histoire ?

En changeant le nom de « Pyrénées-Orientales » (qui n’a jamais voulu rien dire) par « Pays Catalan », nous nous garantissons la persistance de ce nom à jamais.

Mais, il faut le faire de manière démocratique, à l’occasion d’un référendum que seul le conseil départemental peut organiser car il s’agit de sa compétence :

  • Etes-vous pour ou contre le changement de nom du département ?
  • Si oui, êtes-vous favorable à l’appellation « Pays Catalan » ?

Le réferendum est la seule garantie que la décision émanera des habitants de notre département. S’ils ne veulent pas changer de nom, nous nous plierons à la majorité. S’ils valident le changement pour « Pays Catalan », alors nous reprenons notre destin en mains. Et la région, le gouvernement, ne pourront qu’appuyer notre initiative.

 

Faire tomber les masques

Cette initiative – démocratique et respectueuse de l’esprit de notre République – permettra aussi d’y voir clair dans le jeu des élus locaux. Car, il y a beaucoup d’hypocrisie de leur part sur le sujet. Ils soutiennent les opposants d’un côté mais ne font rien pour faire bouger les lignes de l’autre.

Les socialistes du conseil départemental – Madame Malherbe en tête – font mine d’être choqués par l’attitude de la région mais ils ne prennent aucune initiative forte (leur soutien à la procédure engagée par Madame Soum n’est qu’une gesticulation).

La secrétaire d’Etat, Madame Neuville, qui se dit peinée aujourd’hui n’a rien fait pour inverser la tendance. Elle n’a aucune pugnacité. C’est bien la seule chose qu’elle n’ait pas hérité de la méthode Bourquin. Si ce dernier était encore en vie, imaginez-vous que nous en serions là aujourd’hui ? Il faut lui reconnaître, même pour ceux qui n’étaient pas d’accord avec lui, qu’il n’aurait jamais laissé faire une chose pareille.

A droite, ce n’est pas mieux : Monsieur Pujol n’a aucune cohérence pour lui-même et son équipe. Son premier adjoint vient d’affirmer qu’il se fichait du nom de la région comme de sa première chaussette, certains élus de son équipe sont pour un changement de statut du département, d’autres pour que la région s’appelle Pyrénées Méditerranée, d’autres sont favorables à Occitanie … En conclusion, Perpignan et l’agglo sont toujours dans le « Courage, fuyons ! »

 

En conclusion

A L’Olivier, nous prônons depuis toujours des solutions de bon sens qui sont constructives et démontrent les bienfaits de l’intelligence collective.

Nous sommes aussi fermement attachés à l’expression démocratique, d’où l’idée de réferendum et nous prenons le risque que le changement de nom soit rejeté.

C’est pour cette raison que nous formulons cette proposition et que nous ne nous battrons sur ce sujet. Manifester, porter une barratine et prendre le maquis, c’est donner des catalans une image caricaturale et improductive. Nous valons mieux que cela : c’est ce que nous devons démontrer, toutes générations confondues.

23 Commentaires
  1. Bravo pour cette analyse et cette proposition! C’est tout à fait ce que je dis et répète depuis le début de cette polémique qui, aux yeux des « profanes », passe pour une lutte des Catalans contre les Occitans pour le plus grand plaisir des Jacobins… et des « politiques » de tout bord à Perpignan. Et je me demande pourquoi ceux qui appellent à la manifestation de samedi ne revendiquent pas le nom de « Pays catalan » pour leur département!

  2. Mr Delmas, bonjour

    Je partage ainsi que ma famille l’ajout de PAYS CATALAN à OCCITANIE.
    Nous n’habitons pas en Occitanie mais en Catalogne !
    OCCITANIE
    PAYS-CATALAN cela la légitimité et une reconnaissance

  3. Vu tout ce qui est dit en clair nous devons aller manifester Samedi 10 septembre pour faire voir a Mme Delga que les Catalans nous sommes comme les Basques Les Corses il ne faut pas toucher à notre terre et nous avons tous du sang chaud dès qu’on touche à notre identité .Nos grands parents se retourneraient dans leur tombe si on devenait Occitans . Visca EL PAIS CATALA i no volemn ser Occitans mai de la vida . cada u à la seva casa i prou .

  4. La manifestation du samedi 10 septembre prochain, pour moi c’est surtout l’expression du mécontentement, des revendications et des espoirs populaires, la seule façon qu’on a d’avoir ne serait-ce qu’un peu d’audience aux yeux des décideurs. Quelle autre façon pour s’exprimer ? Les pétitions? c’est fait, il faudrait les cumuler et les remettre à Mme Soum. Oui nous avons besoin d’une catalanité visible et médiatique pour valoriser nos richesses naturelles, économiques, patrimoniales, culturelles et elle est en train de se dissoudre ! Nous avons besoin d’être mis en lumière pas masqués derrière un grand ensemble répondant à une logique administrative sensée apporter quoi ? moins de proximité surtout ! Quant à la promesse de minimiser les coûts de fonctionnement, c’est prendre les gens pour des Candides…Oui je pense qu’il faille défendre la collectivité territoriale départementale, je pense qu’elle a encore de l’avenir mais je ne crois pas qu’on arrivera à changer son nom. Le seul point positif peut-être : ce réveil des consciences. Oui comme vous dites, il faut se bouger ! Et nous avons déjà notre devise : nous sommes l’accent catalan de la République française, vous connaissez bien sûr l’auteur de cette belle façon de dire la richesse et la multiplicité des dimensions entrant dans la composition de l’identité culturelle de chacun d’entre nous, qui n’est pas une mais plurielle pour que l’on s’y reconnaisse sans communautarisme, sans rejet de l’autre mais dans l’unité et la volonté unique de la faire connaître, de la partager.

  5. Il me semble bien difficile de changer le nom du département.
    Cependant votre idée est très intéressante afin de redonner un sens à votre identité.
    Je vis dans les PO sans être catalane mais bretonne de Loire-Atlantique, je connais très bien ce problème.
    Je me demande tout de même pourquoi, bien avant que ce nom d’Occitanie soit présenté, tous les catalans ne se soient pas dérangés pour voter « Pays Catalan »?

  6. au moment ou ils veulent nous faire oublier notre identité!
    il est important que les régions!
    Catalogne! Alsace ….affirment leurs identités régionales!!
    (sud de France ce n’est pas la Catalogne ni le Roussillon!!)
    Il est important de Garder ses racines !son identité !!dans cette mondialisation qui veut faire de nous  »des individus »

  7. Le nom d’une REGION a son importance pour plusieurs raisons, économique, touristique afin de donner à celle-ci une vue d’ensemble de sa situation géographique au monde entier. Par le fait de son appellation, la publicité qui en est fait lui permet de lui donner une renommée et un certain rayonnement. Le PAYS CATALAN grâce à son passé historique, par sa situation géographique, la plaine du ROUSSILLON au milieu de la mer et de la montagne sont des atouts majeurs qui peuvent l’aider à son développement dans tous les domaines, à conditions que nos responsables politiques et économiques s’en donnent les moyens. Mais ont-ils vraiment la volonté d’agir. Personnellement j’aurai conserver pour donner comme nom à cette grande REGION
    « MIDI PYRENEES LANGUEDOC ROUSSILLON » ce qui aurait évité toute cette polémique absurde en cette période difficile que nous traversons face au chômage et aux attentats.

  8. Le problème c’est d’avoir des élus qui ne savent rien faire d’autre que de la politique pour rester accroché à la corne d’abondance. Ils n’on jamais travaillé ou très peux ils ne savent pas ce que c’est que de se battre pour décrocher des marchés des clients de ventes. Et pour certains ils sont jacobin et revendiquent une république qui ne veut rien entendre des diversités du territoire mais reconnaissent et encouragent les particularités venues d’ailleurs.
    Le simple pragmatisme et sans pratique aurait du leur ouvrir les yeux juste là à quelques kms nous avons 7 millions de catalans et la 10 ème économie d’Europe.
    Des opportunités importantes sont là pour lier des liens profonds avec eux et pourrions bénéficier du grand dynamisme de l’économie de catalogne.
    Visca El Pays Català

  9. plutôt que « pays catalan » il serait plus judicieux de proposer « Pyrénées catalanes » pour ne pas chambouler notre numéro d’ordre alphabétique … le 66 est derrière les Pyrénées atlantiques, avec Pays Catalan il passerait devant et nous ne voudrions pas plus passer de 66 à 65 qu’eux de 65 à 66. C’est un raisonnement qui a déjà permis de changer le nom des Côtes d’Armor (anciennement Côtes du Nord) tout en restant le numéro 22.

  10. depuis cette dénomination de la région, je pense qu’il faut au moins que la Catalanité s’y retrouve: aussi j’estime qu’il faut obtenir de modifier l’appellation de notre département,non pas Pays Catalan, mais Pyrénées Catalanes!!
    H.M.

  11. Comme le souligne l’article, cette histoire de nom de région est de la poudre aux yeux jetée a notre face pour nous faire oublier les problèmes majeurs que traversent le département, emploi, infrastructures, désengagement de l’état … ce sont des sujet qui mériterais polémique.

    Et puisqu’on parle d’identité, je suis né a Perpignan et je me suis senti catalan jusqu’à ce que les aléas de la vie m’amenent à vivre en catalogne pendant 15 ans, et bien je ne me sens plus du tout Catalan, la majorité des catalan du sud sont mesquin, hautain, imbu d’eux même, radin et hypocrite au plus haut point (quand bien même je suis rude de généraliser mon expérience, avec une différence notable pour les Barcelonais qui sont nettement plus cosmopolites).
    je le dit à tout les Catalanistes que je croise allez vivre un an a Olot et on en reparle …

    Enfin personnellement j’aime bien le nom Pyrenées-Orientales et comme dit plus haut il est facile à comprendre du moment ou l’on sait ou est l’orient …
    Comme d’habitude dans ces histoire d’identité je pense que la majorité est silencieuse et s’en tamponne le coquillard du nom de la region, c’est toujours les minorités qui gueulent les plus fort dans leur soif de se faire entendre … et d’exister.

    signé un ex-catalan

  12. Tout à fait d’accord.
    Tout simplement correspond à une manque d’information, de culture historique, d’amour au pays et de bon sens.
    Discussion stériles pour « distraire la perdrix », c’est un système que rend de bons résultats!

  13. Si le département était rebaptisé Pays Catalan, les occitans des Fenouillèdes se sentiraient-ils chez eux?
    En revanche si au sein de la grande région Occitanie, une partie du territoire est baptisé Pays Catalan, il n’y a pas, ou moins, d’exclusion historico-identitaire.

  14. Le nom de notre département : « Pyrénées-Orientales » ne veut pas « rien dire ». Personnellement je le trouve très beau voire romantique ce nom. Nous sommes simplement le département qui voit naître ou mourir (c’est selon..) la chaine des Pyrénées dans sa partie Est ou orientale. Il n’y a rien de faux ou d’incompréhensible dans cette appellation très explicite au contraire.

  15. position équilibrée « sur le fond »:
    -ce qui distingue ce département et sa capitale c’est leur état de déshérence.
    -faire appel à la catalanité alors qu’aucune position claire n’a été prise par la ville ou le département sur l’alliance avec le Grand Sud Catalan pour leur propre combat ! c’est d’une catalanité « rikiki » que l’on nous parle. Une catalanité-fortification.
    -enfin, et ce n’est pas le moins intéressant, les instances régionales, départementales et communales toulousaines offrent le spectacle de régulations démocratiques bien plus exemplaires que nos ex-combinaisons Montpellier (vous me direz « dans leur simplicité nos dirigeants d’alors mangeaient des pizzas ») Département des PO. Puisse Toulouse déteindre sur Perpignan, sur le Département et leur marigot politique.
    Alain Tarrius. habitant Prades. Prof fac Jean Jaurès Toulouse.

  16. Je suis entièrement de votre avis il faut rebaptiser adieux PO génial PAYS CATALAN

    Rien qu’avec ce nom nous confirmons notre existence

    Nous sommes en permanence oublier par la capitale

    Suis très content que vous redonniez signe de vie

    J’espère vous voir vous présenter aux municipales Perpignan a besoin de quelqu’un comme vous

  17. Oui som catalans.
    Il est important de maintenir son identite dans un monde en perte de reperes mais je ne crois ni aux politiques ni au referendum pour cela.
    Le Pays Basque francais n a jamais eu besoin d un label departemental pour se sentir exister, le Perigord (plus que la Dordogne comme le souligne l article) non plus.
    N attendons pas que le politique viene poser au fer sur nos epaules le label catalan et s en empare.
    Mais recendiquons nous catalans.
    Nous sommes differents sur plein d aspects de nos voisins du Sud mais partageons une histoire commune.

  18. A mon sens, des réflexions plutôt pertinentes à bien des égards… Cette « affaire » du nom de la région peut en tout cas être l’occasion pour ce territoire de susciter une alternative au « déjà-vu », de se réveiller pour construire du collectif et se réinventer politiquement, dans le respect de ce qu’il est et des sentiments majoritaires de sa population. Oui à un changement de nom (ici, mais l’exiger aussi à la région ne serait-ce que comme monnaie d’échange). Oui à une délégation de compétences de la région vers le conseil départemental, qu’il faut conserver à tout prix malgré toutes les réformes, voire transformer en collectivité territoriale unique.Oui à la reconnaissance officielle par la république de l’identité de ce territoire, sa culture, sa langue, qui sont autant de leviers originaux de développement économique !

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

7 septembre 2016
7 septembre 2016