PRÉSIDENTIELLE 2017: BRUNO DELMAS PREND LA PAROLE

bruno_delmas_lolivier

Retrouvez, l’intégralité du message transmis par Bruno DELMAS, président de l’Olivier, à Sébastien CAZENOVE le référent local de « En Marche », qui avait convié l’Olivier à la rencontre républicaine organisée le 28 avril.

« Cher Sébastien,

Retenu hors du département, il ne m’est pas possible comme je vous l’indiquais d’être présent à vos côtés pour cette rencontre du 28 avril.

Toutefois, je tenais à dire que je voterai pour Emmanuel MACRON même si je ne suis pas d’accord avec 100% de ses propositions.

L’Olivier est un mouvement politique qui puise  sa force dans le pluralisme des opinions de ses membres qui rejettent tous, sans exception, la politique proposée par Marine LE PEN. Chacun de ceux qui ont fait de L’Olivier la quatrième force politique locale saura donc agir en conscience.

Toutefois, L’Olivier – et j’insiste pour que cela soit souligné – ne se rangera pas dans ce que j’appelle « le cortège des pleureuses de la République ». Car, au plan national, la situation politique que nous connaissons aujourd’hui résulte des conséquences désastreuses de la politique menée par François HOLLANDE depuis 5 ans. Ces effets – n’en doutez pas – se conjuguent dramatiquement avec l’échec retentissant des élus en place localement, en particulier à la Ville de Perpignan. Ces « nantis de la politique » qui crient au loup sans jamais se remettre en cause sont de véritables pompiers pyromanes de notre République.
A L’Olivier – et c’est ce qui guide notre démarche depuis 4 ans – notre conviction est que c’est à ces pleureuses que nous devons le score si élevé du Front National : aux renoncements successifs, aux promesses non tenues, aux clientélismes d’un autre temps qui dégoûtent et désespèrent les français. A ce sentiment d’injustice qui traverse maintenant toutes les couches de la société. Ces pertes de repères qui troublent les français de tous âges : sur le travail, la justice, la famille, l’égalité des chances et le bien vivre ensemble dans une République qui a trop cédé aux communautarismes de tout rang.

Le renouvellement que nous appelons tous de nos voeux n’est pas un effet de mode, encore moins un slogan de campagne … il ne se réduit pas au simple « jeunisme ».
Il doit s’appuyer sur des exigences nouvelles dans la pratique de la politique, sur une vision solide des fondamentaux de ce qu’est la France, son Histoire, ses racines …
Seule cette volonté de renouvellement en profondeur, permettra à la France de se redresser et d’assumer son rôle et sa place dans l’Europe et le Monde. »

Pas encore de commentaires

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

29 avril 2017
29 avril 2017