THEATRE DE L’ARCHIPEL ET MUSEE D’ART MODERNE

palaisdescongresperpignan

Le Théâtre de l’Archipel figurera en bonne place dans les débats qui précéderont l’élection municipale de mars prochain:

  • De par son coût, ce projet est loin de faire l’unanimité chez les perpignanais: « Avec un coût total de près de 60 M€, l’Archipel est un investissement déraisonnable compte tenu de l’état des finances de Perpignan et de son très haut niveau d’endettement, souligne Bruno DELMAS, Président de L’Olivier. Qu’il faille un pôle d’attraction digne de ce nom pour relancer le centre-ville et le tourisme à Perpignan, c’est incontestable mais, à choisir, il aurait mieux valu créer un grand musée comme à Metz (antenne de Pompidou), Lens (antenne du Louvre) ou à Bilbao (Guggenheim). Un grand musée attire du monde 6 jours sur 7, il crée du trafic y compris les dimanches et génère des retombées réelles pour une ville ! »
  • De par ses premiers résultats décevants : comme nous l’avons rappelé dans un nos précédents articles, le Théâtre de l’Archipel est très loin d’atteindre ses objectifs en termes de fréquentation. 58.000 spectateurs sur la première année contre 80.000 entrées payantes attendues. On est loin du compte. Pour muscler le tout, la Ville a tout tenté: y compris en déplaçant les spectacles des Estivales du Campo Santo vers l’Archipel…ou comment déshabiller Paul pour habiller Jean-Paul. Cette décision a un double coût : elle n’a pas redressé la barre de l’Archipel mais a porté un coup supplémentaire à la fréquentation du centre-ville en plein été.

Parmi les propositions contenues dans notre Charte Municipale pour le Commerce et le Centre-Ville, l’une d’entre elles a retenu l’attention de nombreux commerçants et professionnels du tourisme: procéder à l’évaluation de l’Archipel (le projet, sa fréquentation en A+2 et A+3) et décider de sa reconversion.

Pour Bruno DELMAS, « L’actuel Palais des Congrès est vieillot et inadapté à l’accueil de grands congrès nationaux, ce qui nous exclut de la compétition que se livrent les grandes villes vis-à-vis des grands organisateurs de congrès (Avignon, Montpellier, Nice, etc …). Si l’Archipel se reconvertissait en salle de Congrès et de Spectacles, nous aurions rapidement un équipement à la hauteur de ces enjeux…sans abandonner la vocation culturelle de l’Archipel qui continuerait d’accueillir de grands spectacles ».

En libérant l’actuel Palais des Congrès, nous pourrions le transformer en un immense musée d’art moderne capable d’accueillir des oeuvres emblématiques de collections nationales ou catalanes, en lien avec des musées comme le Centre Georges Pompidou ou le Musée du Louvre ou encore la Fondacion Miro à Barcelone. Il suffirait d’investir un peu moins de 10 Millions d’euros pour disposer d’un musée en plein coeur de Perpignan. « Quand on voit ce qui est investi sur la rénovation de nos petits musées du centre-ville, on se dit que cet investissement aurait vraiment un sens pour la ville » rappelle Bruno DELMAS.

Un musée d’art moderne digne de ce nom génère d’importantes retombées économiques : à Metz, avec 400.000 visiteurs par an, les retombées du centre Pompidou sont estimées à plus de 59 M€ par an, à Montpellier, le Musée Fabre connaît une croissance régulière de ses entrées payantes de 13% par an. Dans l’intérêt de Perpignan, de ses commerces et de ses entreprises touristiques, une réévaluation de la trajectoire de L’Archipel s’impose donc si sa courbe de fréquentation ne se redresse pas.

3 Commentaires
  1. Pour avoir organiser un congrès national dans la région en 2013, nous n’avons malheureusement pu le faire à Perpignan. 4 sites étaient en concurrence, et Perpignan était le plus loin et le plus cher! Même le Corum à Montpellier avait un meilleur rapport prix/commodité. Car il ne faudrait pas oublier que le premier handicap du palais des Congrés est d’être celui de Perpignan, aujourd’hui encore desservi par un train aléatoire.
    Pour faire venir des congrès nationaux voir internationaux, cela compte!
    pour le musée, je suis étonné des comparaisons avec lens,metz et leurs antennes du Louvre et de Beaubourg, avec un projet pour l’art et de la création en catalogne Nord! et des touristes étrangers viendraient de toutes l’Europe! comme à Lens qui fête son millionième visiteurs. Mais les deux exemples cités sont au cœur du carrefour européen, et je crains que Perpignan soit un peu excentré!
    Perpignan a un atout culturel majeur : un conservatoire de niveau national, une programmation éclectique (de la musique sacré à la programmation classique, en passant par les musiques actuelles et les carillons, un espace photographique unique, c’est ce qui participe largement à l’attractivité de la ville.
    Ce que vous ne dites pas, c’est que c’est le mode de financement de l’opération TDA qui coûte extrêmement cher: un théâtre en Partenariat Public Privée, (tout le monde ne perd pas de l’argent !) et uniquement Perpignanais! (et on fait un théatre à S Esteve, toulouge, Canet…..)
    là encore, la question est celle de la décentralisation

  2. Sur le principe (optimisation des moyens) et le schéma général …. cela me parait plein de bon sens.
    Le palais de congrès actuel transformé en grand musée… avec visibilité Européenne…. aussi ! Localisation intéressante en ville (ça « amènerait  » un peu de monde..)
    Cependant, avant d’aller directement vers un Musée d’Art Moderne… (un de plus, celui de Céret me semble occuper déjà, avec succès, ce « créneau » dans le P.O.) n’y a-t-il pas à mener une réflexion pour qualifier et spécifier ce futur Musée sur un « créneau » non occupé à ce jour, complémentaire de ce qui existe – et fonctionne déjà- dans les environs (Barcelone, Dali à Figueres-Pubol-Port Ligat, Céret, Musée Fabre à Montpellier, Musée de Lodève,…)

    Proposition : Créer un Musée de l’Art et de la Création en Catalogne du Nord …. ou quelque chose comme cela… pour rééquilibrer la catalogne du Sud (attraction de Barcelone) en mettant en avant ce que la catalogne du Nord a « fourni » comme oeuvre maîtresses ou a contribué aux grands mouvements artistiques, avec expositions et conférences.. comme on sait aujourd’hui en organiser avec médiatisation Internationale (les sujets s’y prêteraient) : exemples
    Fauvisme/ Impressionnistes, fin XIXème-début XXème : Art Nouveau-Ats Déco – architecture , contribution école « support-surface/ Maillol qui ouvre une autre voie que Rodin,… et encore bien d’autres…

  3. Sur le principe (optimisation des moyens) et le schéma général …. cela me parait plein de bon sens.
    Le palais de congrès actuel transformé en grand musée… avec visibilité Européenne…. aussi ! Localisation intéressante pour cela en ville (ça « amènerait  » un peu de monde..)
    Cependant, avant d’aller directement vers un Musée d’Art Moderne… (un de plus, celui de Céret me semble occuper déjà, avec succès, ce « créneau » dans le P.O.) n’y a-t-il pas à mener une réflexion pour qualifier et spécifier ce futur Musée sur un « créneau » non occupé à ce jour, complémentaire de ce qui existe – et fonctionne déjà- dans les environs (Dali à Figueres-Pubol-Port Ligat, Céret, Musée Fabre à Montpellier, Musée de Lodève,…)
    Proposition : Musée de l’art et de la création en Catalogne du Nord …. ou quelque chose comme cela… pour rééquilibrer la catalogne du Sud (attraction de Barcelone) en mettant en avant ce que la catalogne du Nord a « fourni » comme oeuvre maîtresses ou a contribué aux grands mouvements artistiques:

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

20 janvier 2014
20 janvier 2014