UN HOTEL D’ENTREPRISES … MAIS A TECNOSUD !

tecnosud2-300x167

L’idée de L’Olivier d’implanter un hôtel (d’entreprises du) numérique dans les locaux abandonnés du Centre del Mon a, semble-t-il, fait son chemin … mais pas dans la bonne direction.

Dans la série « Ce que vous avez failli louper cet été », L’Indépendant du 29 juillet nous apprend que l’agglomération souhaite créer un hôtel d’entreprises à Tecnosud « 2 »:

  • Tecnosud « 2 » n’est pas encore construite et rien n’est prêt de sortir de terre. De plus, un tel projet va coûter encore pas mal d’argent public à mobiliser (alors même que Tecnosud 1 n’a pas réussi sa mission d’implanter une majorité d’entreprises innovantes puisque les locaux sont essentiellement occupés par des professions libérales)
  • Le Centre del Mon, quant à lui, existe déjà et ses locaux n’attendent que d’être remplis ! Pourquoi, dès lors, ne pas privilégier leur remplissage ?

Comme nous le signalions dans notre précédent article, l’État a lancé un appel à projet auprès des villes françaises pour créer et financer l’aménagement de quartiers numériques : mais, de cela, le président de l’agglomération n’en tient pas compte. Dommage, car cet argent pourrait servir à terminer la transformation du Centre del Mon en hôtel d’entreprises numériques et donner, enfin, une vraie vocation à cet immeuble fantomatique.

Le problème, c’est que Jean-Paul Alduy cultive une obsession: déplacer les services de la préfecture, du centre-ville de Perpignan, dans les locaux du Centre del Mon.  Dans L’Indépendant du 28 août, ce dernier réagissait à la fermeture du magasin Sephora par ces mots : « (Le problème c’est que nous sommes) face à la non prise de décision de l’Etat français concernant la location de bureaux au Centre del Mon … ». Autant dire que ce dernier n’a pas abandonné l’idée de dépouiller le centre-ville du peu d’activité dont celui-ci bénéficie, entre midi et deux, du fait de la présence des fonctionnaires d’État sur les quais de la Basse.

Sur ce sujet, L’Olivier en appelle au maire de Perpignan (certes, comme il le déclare, « simple » conseiller communautaire) afin que des orientations économiques claires soient données sur les points suivants :

  • Maintien des services de l’Etat en centre-ville en concertation avec le préfet,
  • Développement d’une vraie stratégie d’implantation d’entreprises sur le Centre del Mon,
  • Le cas échéant, participation à l’appel d’offres français sur la création des quartiers numériques.

 

1 Commentaire
  1. Vos propositions sont le bon sens même : il faut maintenir un maximum de services en centre ville et remplir cette coquille vide du Centre del Mon ainsi pompeusement nommé dans un canular de Dali ! Perpignan a suffisamment souffert du bétonnage de sa périphérie et il serait urgent de penser à revitaliser son centre ….L’aspect de la rue de la Fusterie entre autres est affligeant et donne une très mauvaise image de marque de notre ville. Arrêtez les fantasmes de certains élus qui coûtent cher aux Perpignanais . Avez-vous vu beaucoup de visiteurs se détendre sur les bancs de la Place de Catalogne en surchauffe l’été et décorée de palmiers ridicules et chers ! Où sont passés les beaux arbres qui l’ornaient autrefois ? Guite Mourer

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

22 septembre 2013
22 septembre 2013